Accueil

L’ATE regrette la vision « tout-à-la-voiture » dont l’OFROU fait preuve dans son communiqué du jour à propos des variantes d’augmentation de capacité de l’autoroute A9 entre Lausanne et Montreux

L’ATE s’oppose aux variantes présentées ce jour pour augmenter massivement la capacité du
tronçon autoroutier de l’A9 entre Lausanne et Montreux:

  • Pour l’ATE, l’élargissement des tronçons rectilignes n’est pas une solution durable ; les problèmes d’engorgements surviennent essentiellement aux entrées/sorties et aux échangeurs et noeuds autoroutiers. Ces problèmes seront encore aggravés par les solutions proposées.
  • L’ATE regrette la vision étroite de l’OFROU qui ne cherche à régler que les problèmes de trafic autoroutier, sans se préoccuper des conséquences négatives pour l’ensemble du trafic motorisé ; les véhicules finissent toujours par sortir de l’autoroute et viennent grossir encore le trafic en ville et dans les zones habitées. L’augmentation du trafic n’est pas une solution!
  • L’ATE regrette que les mesures de télématiques, telles que régulation de la vitesse ou gestion des entrées/sorties, ne soient pas essayées avant les mesures d’élargissements constructifs. Cela coûte cher aux contribuables sans pour autant leur garantir une solution pérenne.
  • L’ATE met des espoirs dans le développement des nouvelles technologies visant à autonomiser les véhicules. Ces développements permettront à terme d’optimiser la capacité des autoroutes en permettant de former « des trains de voitures ». L’horizon 2040, articulé par l’OFROU, offrira sans nul doute une autre vision que celle de couvrir le pays d’axes routiers.

En conséquence, l’ATE s’oppose à toutes les variantes visant à augmenter la capacité mais relève que l’OFROU a pris à son compte l’étude „Alternative 2050“, des ingénieurs Bruno Giacomini et Philippe Mingard, visant à remplacer le tronçon actuel de l’A9 par un tronçon en tunnel. Cette proposition a l’avantage de:

  • permettre la réaffectation des terrains libérés de l’autoroute actuelle dans une région où ils sont une denrée rare ;
  • supprimer l’autoroute du paysage dans une région classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO, le Lavaux.

Télécharger le communiqué en pdf.